Depuis sa récente reconversion d'architecte-urbaniste en artiste peintre, de très nombreuses propositions d'expostions, se présentent à Pierre-andré Martin, qui ne peut toutes les honorer.


le livre: "Les Grands Maitres de l'Art Contemporain" publié en octobre 2011, consacre un large panoramique à son oeuvre


Né d'une famille de viticulteurs audois, Pierre-André Martin fait ses études secondaires au lycée de Carcassone. Attiré par les arts plastiques et fasciné par les impressionistes, il s'initie à la peinture à l'huile dès la 4 ème. P-A Martin obtient le bac mathélem en 1958. Sous l'impulsion de sa mère, il commence des études d'architecture à l'école des Beaux Arts de Toulouse. Après ses obligations militaires, il continue sa formation d'architecte aux Beaux Arts de Paris, à l'atelier Le Maresquier. Parallèlement il étudie à l'Institut d'Urbanisme et prticipe à l'étude de nombreux projets, dont le plus important est l'élaboration du 13 ème arrondissement.





Diplômé par le gouvernement en février 1968, il installe son agence à Sète en 1969. Sa clientèle d'alors ne lui propose que des directions de chantiers, pour des projets qu'il n'a pas conçus (H.L.M, Maison de retraite ... ) conseillé par des personnes politiques, Martin élabore le projet "Thetis, Capitale de l'Europe"


(photo ci dessous-secteur tertaire uniquement)




















Ce projet est exposé à paris en 1973 et obtient un vif succès médiatique international; il n'est suivi d'aucune concrétisation.

Par la suite, Pierre-André Martin exprime ses idées d'un urbanisme idéal sous la forme de tableaux.

C'est l'exposition parisienne de " Coopelia, la cité à renaitre " où tout n'est que douceur et écologie - 1978-





















P-A Martin s'installe à Montpellier en 1981. C'est l'année où le gouvernement décide de faire une Exposition universelle, à Paris pour commémorer le bicentenaire de la révolution de 1789. Séduit par cette idée l'architecte, propose à Gilbert Trigano, désigné commissaire principal de l'exposition, un projet de tour permanente de 350 m de haut, 8 hectares de planchers;


"photo Centre mondial de l'Electronique et de l'Informatique"






Exposé à Paris en 1983, ce projet obtient l'aval du commissaire principal. Peu après, l'exposition universelle est annulée, faute de crédits.


Depuis quelques années P-A Martin a pris sa retraite d'architecte. Il part du principe qu'au même titre que la Poésie ou la Musique, la Peinture est un moyen d'expression; elle ne présente d'intérêt qu'autant qu'elle véhicule des idées novatrices interpretées par une forte personnalité;


La peinture de Pierre-André Martin raconte des moments heureux de sa vie. Les tableaux, généralement paysages urbains colorés, au bord de l'eau sont traduits sous forme d'esquisse d'architecte en couleur, " la vue ne va pas au delà des façades. Pour ce qui est du ciel, rien n'arrête la vue; cet infini est propice à la méditation et aux souvenirs ". Cette peinture est une sorte d'autobiographie dans laquelle chaque tableau est un chapitre. Elle est influencée par les grands airs d'opéra.


"Homme du Sud et architecte-urbaniste, Pierre-André MARTIN a désormais mis en évidence la clé spirituelle de son expression en renouant avec la peinture, au fil de laquelle il se dévoile avec une verve et une singularité particulièrement captivantes.

De son métier, l'artiste a conservé les assises solides du réel que son imagination exalte en une éclatante emphase de rythmes sinueux et de couleurs personnalisées, posés-là avec passion mais aussi une science notoire de la composition.

Ses reflets rigoureux et mystérieux se parent d'une symphonie chromatique brillante, à la fois audacieuse et judicieuse telles de célestes voies qu'animent des êtres, des sites, des visages ou des rites significatifs du sujet principal.

Pierre-André MARTIN offre avec brio une peinture à feuilleter et à rêver, où la minutie architecturale se prolonge d'un déploiement vivace d'une richesse et d'un symbolisme chaleureux et réjouissant. L'artiste sait tout autant faire vivre l'élégance raffinée de la nuance que l'éclat de la couleur pure grâce auxquelles il confère une attachante dimension onirique, des paysages du Midi jusqu'aux compositions d'un dynamisme exaltant."


André RUELLAN , critique d'art